• Aidez-nous à construire le foyer ILMI

    Notre but : permettre à des enfants touaregs de croire en leurs rêves et d'étudier.

    Ilmi signifie "Savoir".

    ©C. Aboubacar

    L'éducation des enfants de zone nomade

    Ces enfants subissent les conséquences des conflits armés et de l'insécurité frappant la région d'Agadez au Niger.

    Les rares écoles sont dans un état de délabrement total. Elles manquent de tables et de bancs pour accueillir 100 élèves par classe, n'ont ni livre ni matériel scolaire. Nombre d'enseignants n'ont pas le niveau requis pour enseigner. Ceci n'encourage pas les parents à scolariser leurs enfants. Ceux qui vont à l'école y passent en moyenne 1 an et demi.

    Dans cette région extrêmement vulnérable, la jeunesse sera un atout si on lui ouvre des perspectives d'avenir, ou un danger si on ne lui en donne aucune.

     

    Sensibles à la situation des enfants, des artisans touaregs des villages de l'Aïr ont voulu apporter leur contribution au développement socio-économique de la zone et offrir une éducation de qualité pour une insertion sociale des enfants.

    Photo Paul Arnaud © Libération 2015

    Des artisans touaregs se sont mobilisés

    Aboubacar a lancé le mouvement.

    Enfant d'une famille nomade, la vie a fait qu'il a eu la chance d'aller à l'école. Voyageant énormément, il a compris l'importance de la scolarisation pour le développement des zones désertiques où la vie est très difficile.

    En 2012, Aboubacar a pris en charge comme tuteur 2 enfants brillants du village de Tchintaborak, situé à 30 km d'Agadez .

    Il a mis en place un foyer d'accueil à Niamey qui a d'abord accueilli 2 filles (Minata et Tanalher) et 2 garçons (Mohamed M. et Almoustapha) avec le soutien de l'association italienne TransAfrica. La gestion lui est confiée avec sa femme Fatimata. Tous les deux offrent à des enfants pauvres un cadre favorable pour étudier en étant suivis, et la chaleur d'un foyer familial.

     

    C'est déjà un succès !

    En 2017, 7 enfants dont plusieurs orphelins sont accueillis ainsi que deux étudiants en médecine et à l'ENAM.

    Plusieurs enfants ont obtenu des diplômes et s'engagent dans des études à l'école de santé publique.

    Depuis qu'un jeune est revenu comme infirmier dans son village, de nombreuses demandes affluent. Les familles nomades prennent conscience de l'importance de la scolarisation, et ont confiance dans les porteurs de projet.

     

    Les artisans touaregs regroupés dans la coopérative Tafolt versent 30% de leurs bénéfices pour financer le foyer.

    Mais les loyers sont de plus en plus chers à Niamey.

    ©C. TransAfrica

    Le projet : construire le foyer ILMI

    Pour pérenniser l'action et augmenter la capacité d'accueil.

    La construction du foyer permettra de consacrer l'argent perdu dans le loyer à accueillir plus d'enfants dans de meilleures conditions.

    Il est prévu 3 chambres : une pour les filles, une pour les garçons, et une pour les gérants ainsi qu'une cuisine et des sanitaires.

    Cliquez ici pour télécharger la description détaillée du projet.

  • A quoi servira votre contribution ?

    30 000 € permettront de construire le foyer ILMI

    Faites un don, c'est simple et garanti

    Virement bancaire sur le compte de l'Association ANPS-ILMI au Niger

    Références bancaires : ANPS Foyer d'accueil Ilmi

    Banque NE 040 code SWIFT BIANNENI

    Guichet 01001

    N° Compte 25110171083

    Clé RIB 49

    Banque BIA Niger - Banque Internationale pour l'Afrique au Niger - BP 10 350 Niamey . RIB joint

    Nous vous ferons parvenir un reçu fiscal.

  • Coûts d'entretien annuel

    Coût annuel d'un élève

    Frais de scolarité : 153€ en moyenne, variable suivant le niveau et le type d'études

    Fournitures scolaires : 38€ en moyenne

    Frais de récréation : 68€

    Nourriture: 235€

    Frais médicaux et hygiène : 7€

     

    Coûts globaux annuels

    Eau, gaz, électricité, entretien du foyer : 520 €

    Salaire annuel de la cuisinière : 413 €

    Salaire annuel du gérant : 550 €

    Salaire répétiteur: 374 €

  • Rêves d'avenir des élèves

  • Les nouvelles / Issalan

    Nouvelles des étudiantes et étudiants, diplômes obtenus

    ©Aboubacar

    Les étudiantes et étudiants

    Les collégiennes et collégiens

    Hawa, nouvelle venue au foyer, a terminé sa 6ème avec une moyenne de 11,91/20 (12ème sur 32 élèves).

    Houdan, lui aussi nouveau venu dans le foyer, a terminé 1er de cette même classe avec une moyenne de 16,38/20. Tous les 2 passent en classe supérieure (5ème).

    Timata termine son année de 5ème avec tout juste la moyenne (9.47/20), il va lui falloir fournir des efforts supplémentaires pour améliorer son travail en 4ème où elle a été admise après repêchage.

    Ekade passe en classe de 4ème. Avec une moyenne de 14.17/20, il termine 2ème d'une classe de 42 élèves.

     

    Les lycéens

    Hama, en internat au Lycée professionnel Dan Kassawa de Maradi, a bien terminé son année de 2nde, malgré son éloignement. Il passe en classe de 1ère F4 et prépare un BEP.

    Akouna a terminé son année en 1ère A , 1er de sa classe avec une moyenne de 15.45/20, il passe en Terminale A, avec l'objectif BAC en fin d'année.

    Almoustapha en terminale D, admis à l'oral de rattrapage du BAC, à malheureusement échoué de très peu. Il ne se décourage pas, et a révisé tout l'été avec Akouna, pour bien préparer l'examen de cette année. Il souhaite intégrer l'école de formation des douanes.

     

    Les étudiantes et étudiants en écoles de santé

    Tanalher, notre brillante élève à l'Ecole de Santé Publique de Niamey a réussi sa 2nde année. Elle termine son cycle de 3 ans cette année. Elle souhaite poursuivre ses études après son diplôme.

    Sa meilleure amie, Minata, qui s'est mariée l'été dernier, ne va malheureusement pas poursuivre ses études : enceinte, elle devrait accoucher prochainement.

    Moka, après plusieurs stages, a terminé sa 3ème année à l'Ecole Nationale de Santé Publique de Niamey. Depuis octobre 2018, il a intégré l'armée (Garde Nationale du Niger), où il pourra faire une carrière d'infirmier militaire dans la Garde Nationale.

     

    Bienvenue aux jeunes nouveaux !

    2 nouveaux élèves ont intégré le foyer en cette rentrée scolaire :

    Une petite Tanalher commence sa scolarité en classe de sixième. On lui souhaite d'être aussi douée et travailleuse que son ainée.

    Ahamed, le meilleur ami de Houdan, débute lui aussi sa scolarité dans la grande ville en classe de 6ème.

    ©Aboubacar

    Les diplômes obtenus cette année

    Taffa, étudiant à la Faculté des Sciences de la Santé, a brillamment obtenu sa Licence option Anesthésie-Réanimation. Il est en stage à l'Hôpital de la Mère et de l'Enfant à Agadez.

     

    Ibrahim, étudiant à l'Ecole Nationale d'Administration et de la Magistrature, a lui aussi terminé son cycle d'études (Maitrise en Administration générale) en obtenant 14.5 et les félicitations du jury. Sa soutenance porte sur la décentralisation et le transfert de compétences aux communes. Il souhaite trouver des stages et un poste dans l'administration.

    ©Aboubacar

    Nombreuses demandes de parents

    De nombreux parents souhaitent inscrire leur enfant au Foyer Ilmi, plus particulièrement des jeunes filles pour des études dans le domaine de la santé.

    Les travaux du Foyer n'étant pas terminés pour cette rentrée scolaire, nous avons dû surseoir à ces demandes.

    Par contre, au vu de l'abandon dû au mariage des filles, nous avons décidé avant toute inscription, de faire signer une décharge des parents garantissant que leurs filles suivront leurs études jusqu'a l'obtention de leur diplôme et qu'elles ne seront pas mariées pendant leur scolarité. Dans la 1ère année du mariage, les jeunes filles accouchent de leur premier enfant. Cette maternité précoce sonne généralement la fin de toute scolarité, quand bien même le mari avait donné son accord pour que sa jeune femme la poursuive.

  • L'avancement du projet

    Le projet est lancé

    Grâce aux premières contributions, nous avons pu démarrer les démarches pour acheter un terrain et lancer la construction.

    Depuis 2017, la ville de Niamey s'est encore étendue en surface, et les prix du foncier ont encore augmenté.

    Après de nombreuses visites, nous avons trouvé un terrain convenable à bon prix : 300 m² pour 4 000 000 Francs CFA. Bien qu'excentré du centre ville, le quartier est déjà bien pourvu d'écoles et de petites boutiques et proche du nouvel Hôpital de Référence de la ville de Niamey.

    Le problème de virement bancaire résolu, nous avons de suite entrepris les démarches auprès du notaire pour établir l'acte de vente, ainsi qu'auprès de la mairie de Niamey.

    Comme le foncier, les matériaux de construction ont aussi augmenté, notre budget initial s'en voit augmenté lui aussi. c'est pourquoi, nous avons opté pour une construction de plein pied plutôt qu'à étage comme nous l'avions prévu.

    Le chantier avance à grands pas

    Il a débuté le 21 septembre 2018 par l'achat des matériaux.

    Aboubacar suit attentivement les travaux, et s'investit beaucoup pour que tout se passe bien. Les matériaux sont stockés à proximité du chantier, chez un voisin qui fait office de gardien pour prévenir les vols éventuels. L'alimentation en eau est fournie par un voisin, nous lui achetons des tonneaux de 200 litres.

    Le Foyer se décompose comme suit

    - 1 maison compartimentée comprenant : 2 chambres avec terrasse pour les garçons, 2 chambres avec terrasse pour les filles, 1 chambre et 1 salon, et douche interne pour le gérant du foyer et sa famille.

    - 1 bloc de latrines à l'extérieur

    - 1 bloc d'une cuisine avec son magasin

  • Qui sont les porteurs du projet ?

    Des Touaregs au Niger, une association amie en Italie et une en France

    ©C. Oger

    Aboubacar est l'âme du foyer

    Aboubacar est le gérant du foyer et l'ambassadeur des enfants

    Il parcourt la France et l'Europe pour tisser des liens avec des associations et des ami.es. Infatigablement, il part chaque année vendre des bijoux réalisés par les artisans de la coopérative Tafolt.

    Il parle français, filme, intervient comme conférencier sur les thèmes de l'éducation.

    Lorsqu'il n'est pas à Niamey pour s'occuper du foyer, il parcourt les zones du Niger où la nouvelle folie de l'or fait rage et fait un travail de recherche sur les orpailleurs, en connexion avec des chercheurs et des géographes.

    Au milieu de ses multiples activités, son principal objectif est le foyer, les enfants à scolariser, le rôle qu'il s'est donné humblement, pour son passage sur terre. Une vie de nomade ancrée dans son époque malgré les difficultés et les frontières à franchir.

     

    Contact

    boucar_ahmed@yahoo.fr

    © L. Triboulet

    Les artisans de la coopérative Tafolt

    30% de leurs bénéfices sont épargnés pour l'autosuffisance du foyer.

    La coopérative fonctionne grâce à la fabrication et la vente de bijoux traditionnels par les forgerons touaregs.

    Créée dans les années 2000 suite au retour des artisans refoulés par la crise politique en Côte d'ivoire, la coopérative s'est donné pour mission la promotion de l'éducation des enfants des familles vulnérables ou victimes des conflits armés.

    Aboubacar en est le représentant.

    Association Nigérienne pour la Promotion de la Scolarité en zones nomades

    Gestionnaire du foyer

    Créée fin 2016, l'Association Nigérienne pour la Promotion de la Scolarité en zones nomades (ANPS) se charge de la gestion et du fonctionnement du foyer. La coopérative Tafolt est son partenaire principal.

    Par arrêté publié le 10 avril 2017, l'association ANPS peut travailler avec des partenaires locaux ou internationaux sur la promotion de l'éducation en zone nomade et particulièrement les jeunes filles, la pérennisation du foyer, le recrutement d'élèves, etc...

    Facebook 

     

    Contact à Niamey

    Ahmed BOUKARI dit Aboubacar - Trésorier

    boucar_ahmed@yahoo.fr

    En Italie : l'association TransAfrica

    TRANSAFRICA est une Association de Solidarité Internationale née à Florence en 1990.

    Inscrite au Tableau Régional du Volontariat de la Toscane, elle est une ONLUS de droit.

    L'action de TRANSAFRICA est conforme à la méthode de partenariat entendu comme collaboration mixte avec des entités associatives et/ou administratives dans le Nord comme dans le Sud du monde, impliquées dans l'émancipation des consciences et dans la promotion de l'auto développement.

    [...] En Italie TRANSAFRICA promeut des initiatives de divulgation et de récolte de fonds. Elle s'occupe de la diffusion et de la publication de livres, organise des conférences et des soirées sur le monde nomade des Touaregs, sur des thèmes en relation avec le développement, la coopération, la solidarité internationale, l'interculturel, l'émancipation, les migrations.[...]

    Télécharger la présentation.

     

    Contact

    Associazione TransAfrica

    Via Fiume,11 c/o Massimo Pretelli 50123 FIRENZE

    Tel./ fax 0039 055 430420

    E-mail: info@associazionetransafrica.org

    www.associazionetransafrica.org

  • Ils soutiennent déjà le projet

    Rejoignez les premiers soutiens du foyer, amis et associations

  • Les amis de Tabelot et Amigos de Tabelot

    L'association a participé à la création du foyer et enverra des enfants du village de Tabelot.

    Cette association à but non lucratif a pour mission de commercialiser la production de bijoux Touareg d’une coopérative afin de permettre le développement économique d’une communauté Touareg du Niger. Elle permet ainsi aujourd’hui à 100 familles d’artisans de vivre dignement de leur travail.

    Elle est membre du conseil de l'association ANPS.

    www.tabelotniger.org

    Contact : Doua douaibrahim@yahoo.fr

    Association Malzeville au Mali

    Basée à Malzeville, près de Metz. Président Denis Marchal.

    L'association soutient indirectement le foyer par l'achat des bijoux.

    www.malzevilleaumali.com

    Association Takolt-n-Akarass

    L’association se nomme Takolt N’Akarass Agir pour l’Aïr, qui signifie : "En marche pour le développement".

    Elle est présente en France à Toulouse et dans le Nord du Niger, et tente d’apporter son aide aux habitants de la région en participant à la scolarisation des enfants, à l’apprentissage des règles d’hygiène, au développement des sanitaires. L’association apporte aussi une aide à l’agriculture d’un village.

    Elle soutient indirectement le foyer par l'achat des bijoux.

    Président Françoise de Billy

    takolt-nakarass.org

    Des amis

    Christine OGER, archiviste, Niamey

    "Je connais Aboubacar depuis bientôt 10 ans, je l'ai accueilli chez moi à Grenoble lors de ses séjours en France, organisé des ventes pour les bijoux de la coopérative, et aujourd'hui, habitant Niamey, c'est tout naturellement que je continue ce soutien en étant secrétaire adjointe de l'association ANPS-ILMI, ma fille Chloé continue l'action de soutien en France. Aboubacar porte ce projet à bout de bras, de tout son coeur et sans jamais se décourager malgré les difficultés. j'admire son courage et surtout sa sincérité et son humilité"

    chris.rego@hotmail.fr

     

    Louisa Bourdon, mère au foyer, Fumel

    Je connais Boubacar depuis plus de 10 ans ayant moi même fait l'Afrique pendant 15 ans c'est un homme exceptionnel qui c'est donné pour mission l'éducation, la culture à la jeunesse du pays qui en est malheureusement privé selon le statut social des familles qui pour la majorité sont pauvres démunis et sans ressources, il faut absolument continuer dans sa démarche pour donner à ces enfants un avenir et un avenir de développement au pays.

    louisabourdon@yahoo.fr

     

    Delphine Grinberg, auteure, Paris

    "J'ai eu l'occasion de rencontrer les jeunes en janvier 2017 à Niamey. J'ai été impressionnée par leur volonté d'étudier pour être utiles à leur village, leur solidarité. Le foyer représente pour chacun d'eux une chance immense de prendre en mains leur avenir et d'avoir une influence sur leur village."

    delphine.grinberg@gmail.com

    delphine.grinberg.com

  • Rencontrez Aboubakar

    Conférences et vente de bijoux traditionnels pour soutenir le projet du foyer Ilmi

    Conférences sur les thèmes de l'éducation, la souveraineté alimentaire, l'orpaillage

    Parmi les conférences récentes

    L'actuelle ruée vers l'or au Nord Niger et ses conséquences sur la population

    Saint Paul de Varces, France, 8 décembre 2017

    Avec Laurent Gagnol, géographe (Université d'Artois) organisée par l'Association Alpes-Aïr N'Mitaf

    Consultez l'article paru dans le Dauphiné Libéré

    Niger, difficultés des populations, actions de développement

    Rennes 27 novembre 2017

    Conférence lors de la Soirée NIGER organisée avec la Maison Internationale de Rennes dans le cadre du Festival des Solidarités.

    ( voir programme joint).

    Cena per raccolta fondi per finaziamento progetti scolastici in Niger

    6 décembre 2018, Florence, Italie

    Conférence et vente de bijoux au profit du projet, organisée par l'Association Transafrica

  •  

     

     

     

    Le village Tchintaborak

     Tchintaborak se trouve à 30 km à l'est d'Agadez.

    L'école de Tchintaborak

  • Contactez-nous

    Pour contacter Aboubacar : boucar_ahmed@yahoo.fr

  • Crédits photo

    Paul Arnaud©Libération 2015, © Christine Oger, © Lucas Triboulet, © Delphine Grinberg